Notre commune

  • Historique
  • Situation géographique et administrative
  • Vue du ciel
Boinville, dénommée « Bégonis Villa » à l’époque Gallo-Romaine, puis « Bouenvilla » du XIème au XIIIème siècle, n’obtint le surnom de « Gaillard » que vers le milieu du XIVème siècle.

Des fouilles effectuées en 1865 y ont également révélé une importante occupation romaine. Cette commune, qui faisait autrefois partie du diocèse de Chartres, comprend les anciennes seigneureries de Bretonville, de Villeray qui fut en 1587 au coeur de la lutte menée par le Duc de Guise contre les protestants, et du Bréau sans Nappe.

EgliseL’Eglise paroissiale Notre-Dame de l’Assomption élevée du XIIème siècle au XVème siècle est inscrite à l’inventaire des Monuments historiques. A la composition déjà observée à Allainville, nef flanquée par un haut clocher, s’ajoute un élément tout aussi caractéristique des églises du sud du département : le couvrement des bas-côtés à la manière de chapelles par un toit perpendiculaire à celui du vaisseau principal.

Château du BréauLe Château du Bréau sans Nappe, construit au XVème siècle, fut occupé par le Duc de Guise pendant les guerres de religion. C’est un bâtiment rectangulaire flanqué de deux tourelles rondes sur la façade antérieure et de deux pavillons carrés à l’arrière.

Malgré d’assez nettes restaurations, on note le soin apporté à l’appareillage de la brique et le décor qu’elle constitue avec la pierre meulière sur le logis. L’ensemble est entouré de fossés secs.

La commune de Boinville le Gaillard est constituée de quatre hameaux :

  • Boinville le Gaillard,
  • Bretonville,
  • Le Bréau sans nappe,
  • Le Petit Orme,
  • et d’une ferme isolée au lieu-dit Villeray.

Boinville le GaillardLa commune fait partie du canton de Saint Arnoult en Yvelines et comprend environ 550 habitants. Notre village se situe au sud du département des Yvelines à soixante kilomètres environ de Paris, à l’orée de la Beauce et de l’Hurepoix. Il est à 20 kilomètres au sud de Rambouillet par la N10 et la RD116. Village de Beauce peuplé à l’époque Gallo-Romaine, Boinville le Gaillard est à la limite du plateau du Hurepoix qu’il surplombe. Quelques fermes à l’architecture imposante caractéristique du plateau céréalier , forment le noyau d’importants hameaux. Dans le bourg, des dépendances de l’ancien prieuré sont transformés en maisons d’habitations.

BretonvilleBoinville est une commune de plateau. Elle constitue la bordure nord de la plaine calcaire de la Beauce. L’altitude du plateau, très faiblement convexe, ne varie pas plus de 5m, entre 155 et 160m. Ses limites naturelles, peu perceptibles visuellement, sont à l’est la vallée de l’Orge, au nord et à l’ouest la vallée du Perray et de ses affluents, au bassin duquel se rattachait un ru disparu. La ligne de partage des eaux passe par les points hauts du plateau et la traverse sensiblement d’est en ouest. Le paysage est entièrement ouvert, sans accident ou élément géographique marquant. Sa structure n’est pas apparente en premier abord. Dans le commune de Boinville, l’unité du paysage à considérer est le plateau. Chaque agglomération s’y détache en silhouette. De ce fait, l’enveloppe du village est perçue, quand on approche de celui-ci, à la fois comme une frontière nette et linéaire entre le bâti et les terres cultivées, et comme l’une des dimensions qui déterminent et équilibrent la silhouette (l’autre dimension étant la hauteur).

Le Bréau sans NappeBoinville est une commune de plateau. Elle constitue la bordure nord de la plaine calcaire de la Beauce. L’altitude du plateau, très faiblement convexe, ne varie pas plus de 5m, entre 155 et 160m. Ses limites naturelles, peu perceptibles visuellement, sont à l’est la vallée de l’Orge, au nord et à l’ouest la vallée du Perray et de ses affluents, au bassin duquel se rattachait un ru disparu. La ligne de partage des eaux passe par les points hauts du plateau et la traverse sensiblement d’est en ouest. Le paysage est entièrement ouvert, sans accident ou élément géographique marquant. Sa structure n’est pas apparente en premier abord. Dans le commune de Boinville, l’unité du paysage à considérer est le plateau. Chaque agglomération s’y détache en silhouette. De ce fait, l’enveloppe du village est perçue, quand on approche de celui-ci, à la fois comme une frontière nette et linéaire entre le bâti et les terres cultivées, et comme l’une des dimensions qui déterminent et équilibrent la silhouette (l’autre dimension étant la hauteur).

Localisation
La Mairie et l’Echo Boinvillois remercient Monsieur De Potter pour leur avoir accordé le droit d’usage de trois photos qu’il a faites de notre village vu du ciel.

Ce droit est réservé exclusivement aux publications de l’Echo Boinvillois ainsi qu’au site internet de la commune.